« Lors de la tenue des premières réunions des ateliers des États-généraux de l’alimentation, la transparence dans la formation des prix est apparue comme moyen d’améliorer la répartition de la valeur au sein de la chaîne alimentaire », exposent la Fédération nationale bovine (FNB) et la Fédération française des commerçants en bestiaux (FFCB).

Or, selon les deux fédérations, la « forte progression au recours, par l’aval de la filière, à la pratique de compléments de prix dans l’achat des bovins » fausse les cotations.

Délais de paiement

Le communiqué pointe également du doigt l’absence de transparence concernant la contrepartie des compléments de prix ainsi que les importants délais de paiement de ces compléments, qui peuvent « être versés plusieurs mois après l’acte d’achat ».

« Il y a donc urgence à faire cesser ces pratiques et à revenir à une détermination du prix ferme et définitive dans des délais compatibles avec l’établissement des cotations et permettant aux opérateurs commerciaux de payer intégralement les éleveurs de la valeur de leurs animaux dans le délai légal de paiement fixé à 20 jours après leur achat. »