La Fédération nationale bovine (FNB) dénonce le vendredi 18 octobre 2013 l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada que la Commission européenne veut mettre en oeuvre.

« Les normes de production et de transformation des viandes bovines canadiennes, comme celles d'autres pays tiers, ne sont en rien comparables avec les très hauts standards imposés par Bruxelles pour les viandes bovines européennes», précise l'organisation, précisant que cet accord porterait sur plusieurs dizaines de milliers de tonnes.

Le syndicat sonne alerte sur les normes de respect de l'environnement et de bien-être animal moins contraignantes au Canada qu'en Europe.

« Quant au sujet des hormones et autres activateurs de croissance de substitution, il est clair que le doute subsistera en permanence sur les contingents des viandes importées des pays tiers, quand on sait que leur usage est la règle générale à l'extérieur de l'Europe », soulignent la FNB. Le syndicat juge incompréhensible le comportement de la Commission, qui prépare « avec le même aveuglement un accord UE-USA qui amplifierait très largement la "casse" des exploitations et des emplois de la filière. »

La FNB souhaite que la France s'exprime auprès de la Commission européenne pour s'opposer à la mise en oeuvre de telles conditions. Et face à des conditions économiques difficiles qui s'annoncent, le syndicat demande « un renforcement du soutien public spécifique en faveur du secteur de la viande bovine avec une augmentation de l'enveloppe d'aide à la vache allaitante dans la future Pac. »

Lire également :