Le président Nicolas Sarkozy a écrit jeudi à son homologue Dmitri Medvedev pour se plaindre d'un certain nombre de mesures prises par la Russie qui sont, selon lui, défavorables aux agriculteurs français, dans une lettre transmise à la presse par l'Elysée.

« Le maintien de ces mesures », qui concernent essentiellement les exportations françaises vers la Russie de bovins vivants et de viande bovine, « ne me semblent pas correspondre au degré de confiance qui caractérise notre coopération économique et politique », écrit le président français.

Pour les bovins vivants, « les autorités sanitaires de ton pays exigent des importateurs la vaccination contre la fièvre catarrhale ovine (FCO) de tous les animaux situés dans un rayon de 20 kilomètres autour du lieu d'introduction d'animaux vaccinés qui auraient été importés de France », écrit le président français qui, dans cette lettre, tutoie son homologue.

Pour la viande bovine, « les autorités russes imposent aux exportateurs français des contraintes relatives à l'âge des animaux en se fondant sur le risque lié à l'encéphalopathie spongiforme bovine alors que cette maladie est parfaitement maîtrisée en France », déplore encore M. Sakozy.

« Ces mesures dirigées contre les agriculteurs et entrepreneurs français ne nous semblent pas justifiées. Leur base scientifique est contestable », estime-t-il.

Téléchargez la lettre.