Le conseil d'administration extraordinaire de la Fédération nationale bovine (FNB) réuni mercredi, a décidé, en concertation avec la FNSEA et JA, de lancer une opération nationale de blocage des outils du numéro un français de l'abattage, le groupe Bigard.

La priorité de l'organisation syndicale reste la défense du revenu des producteurs à travers le prix. « Nous sommes face à un profond dysfonctionnement du marché qui est verrouillé artificiellement par un opérateur, poursuit-il. Il s'agit de Bigard. C'est pourquoi nous allons bloquer ses outils. »

« Nous sommes prêts pour une action de longue durée », prévient Jean-Pierre Fleury, le secrétaire général de la FNB. Le message est dans la droite ligne de celui lancé le 26 octobre 2010 par la FNSEA, ses associations spécialisées de la viande et JA.

« Cela ne peut plus continuer comme cela, assène Jean-Pierre Fleury. C'est seulement si nous sommes tous autour de la table qu'on y arrivera. Aujourd'hui, Bigard joue le jeu de la chaise vide à l'interprofession. Il refuse la discussion. Il a sa stratégie mais elle ne s'inscrit pas dans une stratégie de filière. »

La FNB concentrera ses actions sur le leader français de l'abattage bovin « mais les autres groupes du secteur n'auront pas deux fois l'excuse de dire que c'est de sa faute si les prix à la production ne remontent pas ! Les pouvoirs publics auront à assumer leur choix. Notamment leur pari dans le cadre de la loi de modernisation de l'agriculture, sur une interprofession qui n'a pas trouvé son rythme de fonctionnement. »

E.R.