Dans un communiqué de presse diffusé le 6 août, la Fédération nationale bovine (FNB) se dit choquée par les travaux de recherche présentés la veille à Londres, qui ont abouti à la dégustation, devant les caméras, d'un steak « haché » fabriqué in vitro. Les producteurs se disent « ulcérés de constater qu'une nouvelle fois leur activité est décriée sur des bases totalement infondées ».

  

« Concernant [...] ce faux steak, qui mérite bien son surnom de Frankenburger, commente la FNB, rappelons au passage la recette utilisée selon les indications fournies [...] : les cellules souches sont développées en incubateur dans un "milieu de culture" mélangeant acides aminés, sucre, facteurs de croissance, hormones et sérum foetal de veau. Est-ce là un produit en correspondance avec les attentes et exigences des consommateurs pour un produit sain et naturel, et non-industriel ?!... »

L'organisation syndicale souligne le savoir-faire des éleveurs qui assure « une production de qualité dans le respect de l'ensemble des normes sanitaires, environnementales et de bien-être des animaux ». Elle dénonce les arguments employés par les « apprenti-sorciers », estimant qu'il s'agit d'un « tissu de contre-vérités sur le bilan environnemental de l'élevage pour mieux masquer la dérive insensée de leurs expérimentations. »

250.000 euros le « steak »

Le premier burger créé « in vitro » à partir de cellules souches de vache a été présenté lundi à Londres. Il a fallu six semaines et 250.000 euros à son créateur pour le mettre au point à partir de 20.000 minuscules tranches de viande cultivées en laboratoire.

Avec l'augmentation de la population mondiale, « la demande en viande va doubler dans les quarante ans qui viennent. Aujourd'hui, nous utilisons 70 % de nos capacités agricoles pour la production de viande. On comprend bien pourquoi il nous faut trouver des alternatives », avait souligné Mark Post, le scientifique néerlandais de l'université de Maastricht à l'origine de cette expérience. De plus, selon lui, la fabrication de viande en laboratoire permettra de réduire les émissions de gaz à effet de serre résultant de l'élevage.