Des agriculeurs de la Confédération paysanne, indignés par la faiblesse de l'augmentation obtenue mercredi dernier à Paris lors de négociations interprofessionnelles, bloquaient mardi le siège du groupe Bigard à Quimperlé (Finistère).

Une centaine d'éleveurs, selon la police, arrivés mardi en milieu de matinée notamment de la Loire-Atlantique, interdisaient dans le calme les accès à l'abattoir à l'entrée de la ville avec un tracteur et un camion.

« On s'est battus pour obtenir (seulement) cinq centimes d'euros de plus : on va être la risée de l'ensemble des citoyens ! », a déclaré le secrétaire général de la Confédération paysanne des Pays de Loire, Gérard Durand.

Les manifestants envisageaient de rester sur place jusqu'à mercredi matin, pendant toute la durée d'une nouvelle rencontre entre le médiateur nommé par le ministère de l'Agriculture et les représentants de la filière, a également indiqué le syndicaliste.

La semaine dernière, les neuf abattoirs du groupe Bigard-Socopa avaient été paralysés de dimanche à jeudi par des éleveurs de viande bovine qui réclamaient une revalorisation des prix à la production de 60 centimes du kilogramme par carcasse.

Sur le terrain, les dirigeants syndicaux de la FNSEA avaient parfois eu du mal à convaincre leurs troupes de l'intérêt de l'accord conclu mercredi.

Le PDG du groupe Bigard, Jean-Paul Bigard, est également président du Syndicat des industries de la viande.

Lire également :