Des agriculteurs de la Confédération paysanne, qui bloquaient depuis mardi à Quimperlé (Finistère) le siège du groupe Bigard pour obtenir une revalorisation des prix de la viande bovine, ont levé leurs barrages mercredi matin, à la suite de la tenue d'une réunion de la filière à Angers, en présence du médiateur du ministère (lire l'encadré).

La dizaine de manifestants encore sur place ont levé le camp dans le calme peu après 8h00, selon  la police. Une centaine de manifestants, originaires pour la plupart de la Loire-Atlantique, s'étaient mobilisés la veille. Ils protestaient contre la faiblesse de l'augmentation obtenue le 10 novembre 2010 à Paris lors de négociations interprofessionnelles.

La semaine dernière, neuf abattoirs du groupe Bigard-Socopa avaient été paralysés par des éleveurs de viande bovine qui réclamaient une revalorisation des prix à la production de 60 centimes par kilogramme de carcasse.

Sur le terrain, les dirigeants syndicaux de la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles, majoritaire) avaient parfois eu du mal à convaincre leurs troupes de l'intérêt de l'accord conclu le 10 novembre 2010 et portant sur une augmentation de 2 à 5 centimes par kilogramme.

La Confédération paysanne lance un ultimatum au 15 décembre

Lors de la rencontre qui a eu lieu mercredi matin à Angers entre les représentants de la filière bovine, en présence du médiateur nommé par le ministère de l'Agriculture, la Confédération paysanne a réclamé une année blanche de trésorerie pour les éleveurs, ainsi qu'un versement anticipé du solde de la PMTVA en décembre.

Le syndicat minoritaire a également appelé à ce que l'Observatoire des prix et des marges pour la filière bovine voit le jour rapidement, et qu'il soit immédiatement suivi par la mise en place de moyens pour répartir la valeur ajoutée sur l'ensemble de la filière. Enfin, la Confédération paysanne demande à ce que les éleveurs qui ont souffert de la sécheresse cet été puissent bénéficier de céréales au prix d'intervention.

Par ailleurs, les éleveurs de la Confédération paysanne ont de nouveau remis en cause le fonctionnement de l'interprofession bovine, Interbev, au sein de laquelle ils ne sont toujours pas représentés.

Si leurs revendications n'ont pas été entendues à la date ultimatum du 15 décembre 2010, la Confédération appellera l'ensemble des éleveurs à la mobilisation, « pour des actions indéterminées ».

Une délégation du syndicat sera reçue vendredi par le ministre rue de Varennes, a ajouté la Confédération paysanne. (C.H.) 

 

Lire également :