Les débuts de la marque belge de tonnes à lisier, épandeurs, remorques et outils d’entretien des prairies remontent à 1968. Mais pas la peine de chercher une machine Joskin datant de cette époque, l’activité de fabrication n’ayant démarré qu’en 1984.

Fils d’agriculteurs, Victor Joskin s’est tout d’abord installé comme entrepreneur de travaux agricoles, puis il est devenu concessionnaire et ensuite importateur de machines agricoles. C’est à cause d’une forte dévaluation du franc belge que le fondateur de l’entreprise a décidé de se lancer dans l’activité de fabrication.

Deux sites à Soumagne

Ce qui n’était encore qu’un atelier de 5 000 m² à Soumagne (Belgique) a alors démarré la fabrication d’épandeurs de lisier, puis d’aérateurs de prairies et de tondeuses de refus. Aujourd’hui, les deux sites de Soumagne, distants de quelques encablures, totalisent 66 000 m² couverts et emploient 390 personnes.

Entre-temps, la société s’est développée à l’international. Elle s’est installée en Pologne en 1999. Joskin Polska cumule aujourd’hui deux activités : la fabrication des machines et la galvanisation. L’ensemble fait travailler 305 salariés. Joskin a posé un premier jalon en France en 2002, avec la création de l’usine de Bourges (remorques), qui emploie 40 personnes. S’y est ensuite ajouté Leboulch, racheté en 2013, et qui compte aujourd’hui 45 salariés.

Une entreprise familiale

Toutes activités confondues, Joskin emploie 780 personnes, totalise 164 000 m² de surface bâtie et réalise 98,5 millions d’euros de chiffre d’affaires. Le groupe est toujours aux mains de la famille Joskin, avec les deux parents et les trois enfants qui se partagent les tâches au sein de l’entreprise.

Joskin poursuit sa croissance et a d’ores et déjà planifié la construction de 12 000 m² supplémentaires sur son site polonais. En France, l’usine Leboulch est en chantier avec un nouveau bâtiment de 8 600 m² qui va sortir de terre. Il abritera une ligne de production et une installation de peinture. La marque Joskin est présente sur tous les continents et a une activité régulière d’exportation vers une cinquantaine de pays.

Rémy Serai