Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Valparaiso, le joyau du Pacifique

réservé aux abonnés

À découvrir - Valparaiso, le joyau du Pacifique
À Valparaiso, les maisons colorées dévalent les collines (cerros). © A. Richard

La ville chilienne n’a rien d’une station balnéaire classique. Suspendue au-dessus de l’océan, elle dégage une ambiance colorée et surannée.

Même si l’océan est présent à chaque coin de rue, on ne vient pas à Valparaiso pour les plages, et mieux vaut avoir des mollets d’acier ! Faute de place, la ville est en grande partie construite sur les flancs de collines abruptes, les fameux « cerros » qui s’élèvent depuis le littoral et où vit la grande majorité de la population. Les maisons, recouvertes pour certaines de tôle colorée et ondulée, forment une magnifique mosaïque qui fait presque oublier la modestie des quartiers les plus pauvres situés au sommet.

La recherche de graffitis est une activité incontournable

Déambuler dans les ruelles escarpées et les escaliers interminables à la recherche de graffitis est une activité incontournable à Valparaiso. Officielles ou sauvages, les œuvres de « street art » envahissent aussi bien les façades des maisons que les lampadaires ou des pans entiers d’immeubles. Introduit dans les années 1940, le street art a été un moyen de contestation fort durant les longues années de dictature d’Augusto Pinochet, de 1973 à 1990.

L’art urbain est visible à chaque coin de rue. © Aude Richard

Aujourd’hui, les fresques restent plus ou moins engagées, réalistes, abstraites, comiques ou encore poétiques… Un émerveillement à chaque coin de rue. Elles sont particulièrement présentes aux alentours du funiculaire du quartier Polanco, vers les cerros Alegre et Concepción. Dans le quartier de Bellavista, la maison du poète chilien Pablo Neruda, prix Nobel de littérature en 1971, est ouverte au public. Colorée, La Sebastiana donne à voir des instants de vie de l’enfant du pays, et offre une vue saisissante sur l’océan Pacifique.

Au pied des collines, le port accueille des bateaux de pêcheurs et des navires militaires. La troisième ville du Chili, fondée en 1544, a joué un rôle important au cours du XIXsiècle, une escale obligée pour les navires allant de l’Atlantique au Pacifique. En fin d’après-midi, le centre historique, classé au patrimoine culturel de l’humanité, s’anime. En l’absence de sable fin, déguster une énorme glace ou boire un jus de goyave frais se fait à la terrasse des cafés de la cité portuaire.

Aude Richard

Pratique

• S’y rendre : Valparaiso est situé à 120 km à l’ouest de Santiago. Des bus assurent le trajet (comptez environ deux heures).

• Se déplacer : empruntez le trolley, bus typique de Valparaiso. Le taxi collectif ou privé ainsi que le funiculaire sont également la promesse d’un dépaysement.

• Découvrir le street art avec un guide tourdelgraffiti.com/valparaiso.html.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !