L’Union européenne et le Mexique ont souhaité moderniser l’accord de libre-échange qui les unit depuis le début des années 2000. Des pourparlers ont débuté en 2016. L’objectif : exempter de droits de douane la quasi-totalité des échanges de biens entre les deux parties, et notamment des produits agricoles qui ne faisaient pas partie de l’accord jusqu’à présent.

« Soutenir l’économie et stimuler l’emploi »

« L’accord auquel nous sommes parvenus aujourd’hui témoigne de notre volonté commune de maintenir le calendrier de notre partenariat et de notre coopération. L’entrée en vigueur de cet accord aidera l’Union européenne et le Mexique à soutenir leurs économies et à stimuler l’emploi », a estimé le 28 avril 2020 Phil Hogan, le commissaire européen chargé du Commerce.

Plusieurs filières agricoles concernées

Un point de vue qui ne devrait pas être partagé par certaines filières européennes, telles que la filière de la viande bovine, des volailles, de la viande porcine ou encore celles du sucre et de l’éthanol, pour lesquels des quotas progressifs seront ouverts et qui ont déjà fait part de leurs inquiétudes au cours des négociations.

> À lire aussi : Accord UE-Mexique : Des « avancées », mais surtout des « inquiétudes » (25/04/2018)

« Désormais, la voie est ouverte à la signature et à la ratification de l’accord selon les règles et procédures respectives de chacun des partenaires », précise le communiqué de la Commission européenne du 28 avril 2020. « Ces derniers temps, la lutte que nous menons dans la crise du coronavirus mobilise toute notre énergie, mais nous avons aussi fait progresser notre programme en faveur d’un commerce ouvert et équitable, qui n’a rien perdu en importance. Nous aurons encore plus besoin de cette ouverture, de ces partenariats et de cette coopération pour reconstruire nos économies après la pandémie », a commenté Phil Hogan.

L’accord fixe par ailleurs des règles novatrices en matière de développement durable, avec par exemple un engagement sur les résultats de l’application de l’accord de Paris sur le changement climatique.

Premier partenaire commercial en Amérique latine

Le Mexique est le premier partenaire commercial de l’Union européenne en Amérique latine, avec des échanges bilatéraux valant 66 milliards d’euros pour les biens (en 2019) et 19 milliards pour les services (en 2018). Les exportations européennes de biens au Mexique dépassent les 39 milliards d’euros chaque année. Le volume des échanges de biens a plus que triplé depuis l’entrée en vigueur de l’accord initial en 2001.

B. Quantinet