Selon les dernières statistiques d’Eurostat, le MPB estime à 359 541 tonnes, le volume de viande porcine vendu hors des frontières de l’Union européenne en août 2019. C’est 38 000 tonnes de plus qu’en 2018, pour le même mois.

La Chine comme premier client

« Sans surprise, la Chine, premier importateur des produits porcins européens dont le cheptel s’est effondré de 41 % en un an, s’est accaparé la part du lion avec plus de 50 % du volume, soit 180 012 tonnes, en hausse de 71 % par rapport à août 2018 », détaille le MPB.

Cette progression des volumes vendus à la Chine se fait au détriment des autres clients de l’Union européenne, dont les achats ont tous reculé sur le mois d’août. « En cumul sur huit mois, le bilan est positif avec 389 400 tonnes supplémentaires exportées vers les pays tiers ».

Le Japon, numéro deux des achats

À elle seule, la Chine a importé 427 570 tonnes supplémentaires sur les huit premiers mois de l’année, soit 48 % de plus que l’an dernier. Les envois vers le Japon, le deuxième client de l’Europe, progressent elles aussi : de 21 380 tonnes pour atteindre 327 771 tonnes (+ 7 %).

En revanche, les échanges avec la Corée du Sud reculent de 27 940 tonnes, ceux avec les États-Unis de 21 700 tonnes, ceux avec Hong Kong de 21 120 tonnes et ceux avec les Philippines de 12 840 tonnes à destination des Philippines.

E.R.