Selon le bulletin Mars de suivi des cultures pour l’Europe diffusé le 26 août 2019 par la Commission européenne, les perspectives de rendement du maïs grain ont baissé de près de 2 % par rapport à celles de juillet, principalement en raison de révisions à la baisse importantes pour la France, l’Italie et la Pologne.

Disparités régionales en maïs

Ces prévisions sont maintenant nettement inférieures à la moyenne quinquennale pour la plupart des pays de l’Europe occidentale et centrale du Nord. En revanche, des rendements nettement supérieurs à la moyenne sont attendus pour l’Europe méridionale, centrale et du Sud-Est, en particulier pour la Bulgarie, la Hongrie et la Roumanie.

Les faibles perspectives de rendement du maïs en Europe occidentale et centrale septentrionale sont dues à une combinaison de vagues de chaleur, en partie pendant la floraison, et de précipitations inférieures à la moyenne depuis juin ou avant.

Les perspectives de rendement du tournesol restent nettement supérieures à la moyenne quinquennale.

Les autres cultures non épargnées

Pour les mêmes raisons, les prévisions de rendement pour la betterave sucrière, la pomme de terre et le maïs ensilage, qui étaient déjà inférieures à la moyenne quinquennale au niveau de l’Union européenne, ont été revues à la baisse.

Les prévisions pour les cultures d’hiver et les céréales de printemps n’ont été que légèrement ajustées. La saison est terminée dans la plupart des régions et les cultures ont été récoltées dans des conditions météorologiques adéquates.

I. La.
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé poursuit sa dynamique de hausse sur Euronext

Le prix du blé était encore en légère hausse le vendredi 24 septembre 2021 après-midi sur le marché européen, après avoir cassé un seuil technique à la hausse, sur fond de demande internationale soutenue.
Votre analyse quotidienne du marché - Oléagineux

Le colza tutoie les 620 euros la tonne

Les prix du colza terminaient la semaine sur un nouveau record, vendredi 24 septembre 2021, sur le marché européen, passant même brièvement la barre des 620 euros la tonne dans un marché où l’offre peine à suivre la demande.