« Les experts prévoient une chute de 20 à 35 % de la production porcine chinoise en 2019, ce qui représente plus du double des échanges mondiaux, assure la Commission européenne, dans ses prévisions publiées le 3 juillet 2019. La peste porcine africaine touche également les pays voisins à l’empire du Milieu, comme le Vietnam et le Cambodge. »

Exportations en hausse

Sur l’ensemble de l’année, Bruxelles table donc sur une progression totale des exportations européennes de viande porcine de 12 % par rapport à 2018, « qui devrait se poursuivre sur le même rythme en 2020 ». Si la production communautaire doit rester stable en 2019, notamment en raison d’un cheptel total en repli de 3 % sur un an en décembre 2018, Bruxelles anticipe une croissance de l’offre de 1,4 % en 2020, tirée par l’Espagne.

La filière avicole polonaise profite de la PPA

En volaille, la production européenne progresse de 2 % sur un an au premier trimestre de 2019, après avoir bondi de 5 % sur l’année 2018, par rapport à 2017. Une croissance de 2,5 % est attendue sur 2019, essentiellement expliquée par le développement des pays de l’Est. « La répercussion de la hausse des prix à la production en porc pourrait soutenir la croissance de la consommation de volaille », estime la Commission.

Sur le volet commercial, les échanges sont soutenus dans les deux sens. Les exportations communautaires progressent de 13 % sur un an au premier trimestre, ce qui s’explique « à 40 % par la hausse des envois vers l’Afrique du Sud ». La demande chinoise est également plus soutenue. « La Pologne est le seul pays européen à en profiter, après avoir regagné l’accès au marché en novembre 2018. »

Le poulet brésilien a la cote en Europe

En parallèle, les importations européennes se sont accrues de 14 % de janvier à mars, essentiellement en provenance de la Thaïlande (+11 % par rapport à 2018) et du Brésil (+23 %). Les achats auprès du Brésil restent bien inférieurs à 2017, en raison des restrictions sanitaires en place, précise Bruxelles. En revanche, les envois brésiliens de viande congelée progressent, parfois au-delà des quotas existants, grâce aux prix élevés de la volaille européenne.

V. Gu.