La Commission européenne a proposé mercredi d'autoriser la commercialisation de poulets américains désinfectés «à la javel», à condition d'informer les consommateurs de la nature exacte des produits vendus.

«Ce sera aux consommateurs de choisir», a souligné le porte-parole de la Commission européenne en présentant cette proposition.

«Nous savons qu'il s'agit d'une question controversée. La Commission a décidé de présenter cette proposition pour que le débat ait lieu. Nous verrons qui est "pour" et qui est "contre"», a-t-il ajouté.

Il revient aux Etats membres de se prononcer formellement sur cette proposition.

La semaine dernière, vingt et un des vingt-sept ministres européens de l'Agriculture se sont prononcés contre le retour des poulets chlorés américains, bannis depuis 1997. Un refus confirmé mardi au cours d'une réunion des ministres en Slovénie.

La proposition de la Commission stipule que le poulet ou les préparations à base de viande devront être clairement identifiés par un étiquetage pour informer les consommateurs européens.

Les Américains devront rincer à l'eau potable les poulets, une fois qu'ils auront été désinfectés, et l'efficacité de ce rinçage devra être vérifiée en permanence.

Si le projet autorise à nouveau dans l'UE quatre substances chimiques utilisées aux Etats-Unis pour désinfecter la surface des poulets (dioxyde de chlore, chlorure de sodium acidifié, phosphate trisodique, acides peroxydés), leur utilisation est assujettie à de fortes contraintes.

Le texte stipule leur concentration maximale ou leur temps de contact avec les carcasses, tandis qu'une seule substance chimique pourra être appliquée (pour limiter les risques éventuels des mélanges).

Leur entrée dans l'UE serait décidée à titre provisoire pendant deux ans, période pendant laquelle de nouveaux avis scientifiques seraient demandés. Il s'agira de voir si elles peuvent entraîner par exemple une tolérance accrue de l'organisme à certaines bactéries ou si elles peuvent présenter des risques environnementaux.