Les signataires (1) :

« - Déplorent le manque de structures d’abattage ouvertes à l’ensemble des éleveurs et des bouchers, ainsi que les disparités régionales d’implantation de celles-ci ;

- Approuvent et soutiennent les reprises (en cours ou en projet) de structures en difficulté ou démissionnaires, par des groupes d’éleveurs attachés au maintien de tels outils de proximité ;

- Demandent la mise en place d’outils individuels et/ou collectifs d’abattage à la ferme, fixes ou mobiles, en lien avec les abattoirs de proximité existants. »

Autonomie et qualité

« Ce redéploiement des outils d’abattage devra permettre aux éleveurs et aux bouchers d’assurer leur autonomie en matière d’abattage, de garantir une viande de qualité, tant en termes de provenance que de conditions d’élevage et d’optimiser l’approvisionnement local en viandes », précise un communiqué de presse commun du 11 décembre.

(1) Organisations et personnalités signataires : Confédération paysanne, Fnab, Fadear, Réseau Civam, Nature et Progrès, Union bretonne pie noir, France Nature Environnement, Afaad, Les Amis de la Confédération paysanne, GIE Zone Verte, Miramap, Biocoop, Collectif Quand l’abattoir vient à la ferme, Collectif Plein air, SAS Le Bœuf éthique, Société Schwaiger (camion d’abattage mobile), SAS Le Ateliers de la Queille, Christophe Gouazé (directeur général de l’abattoir de Saint-Girons, Ariège), Pierre-Emmanuel Robin (cogérant de l’abattoir du Diois, Drôme), Bénédicte Peyrot (présidente de la SCIC Abattoir des Hautes Vallées à Guillestre, Hautes-Alpes).