Le président François Hollande a demandé, mercredi au gouvernement, un « plan de lutte » contre les « abus » perpétrés avec la directive européenne sur les travailleurs détachés, a indiqué la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, à l'issue du Conseil des ministres.

« Au niveau national, le président a souhaité que nous puissions déployer et renforcer les contrôles qui peuvent être menés dans les entreprises pour les dissuader de commettre ces abus », a expliqué la porte-parole devant la presse.

Cette directive européenne peut donner lieu à des « abus, nombreux », comme ceux relatifs à des travailleurs venus d'autres pays et « qui sont embauchés en France, mais avec un salaire qui correspond à celui de leur pays d'origine, et pas à celui de la France », a-t-elle précisé.

Dans cette perspective, François Hollande a demandé aux ministres concernés d'élaborer, pour le prochain conseil des ministres, un « plan de lutte » contre ces abus.

Au niveau européen, François Hollande a également plaidé pour une « action, qui est déjà en cours, pour faire en sorte que cette directive [...] à la fois s'applique et soit renégociée dans le sens d'une évolution permettant de mieux lutter contre les abus », a encore rapporté Najat Vallaud-Belkacem.