« Il est justifié que les poids-lourds participent davantage [au financement des infrastructures routières, NDLR] », a indiqué Elisabeth Borne, ministre des Transports, au micro de la matinale de RMC le 3 avril 2018. Cette participation représentera « quelques centaines de millions d’euros » pour financer des infrastructures.

Sous la forme d’une taxe ou d’une redevance, elle devrait voir le jour après 2019. « J’ai moi-même mis sur la table la question du financement des infrastructures, notamment comment faire payer tous ces poids-lourds en transit dans notre pays, précise la ministre. Il y aura une contribution, ça fera partie en tout cas des choses qui seront présentées au Parlement. »

Les Bretons s’opposent

Ces déclarations ont fait bondir Nutrinoë, l’association des entreprises de la nutrition animale bretonnes. « Nutrinoë s’inquiète de la renaissance de l’écotaxe qui affecterait la compétitivité de nos filières agricoles régionales et donc des milliers d’emplois dans un contexte économique agricole d’ores et déjà difficile », annonce un communiqué de presse du 4 avril 2018.

T.D.