En 2014, on comptait neuf unités de méthanisation raccordées au réseau gazier en France. L’injection de biométhane est à présent effectuée par plus de quatre cents installations, et leur production d’énergie dépasse celle d’un réacteur nucléaire moyen. La capacité de production de gaz renouvelable représente en juin 2022 6,6 TWh/an. Les cinquante-six réacteurs nucléaires français ont une production annuelle moyenne de 5,5 TWh chacun.

> À lire aussi : L’injection dépasse la cogénération (16/09/2021)

Une croissance permanente mais fluctuante

L’annonce en 2019 d’une forte baisse des tarifs d’achat de biométhane a conduit à un emballement, les porteurs de projet souhaitant réserver leurs capacités d’injection avant l’entrée en vigueur des nouveaux prix.

Le développement de la filière a ensuite connu une accalmie, mais elle est de nouveau mise en avant et encouragée par les politiques publiques depuis le début de la guerre en Ukraine. La forte dépendance de l’Europe au gaz fossile est en effet identifiée comme une faiblesse géopolitique et économique contre laquelle il faut lutter.

À lire aussi : Regain d’intérêt pour le biométhane (16/03/2022)

Gildas Baron