« On veut plus de transparence pour que chacun, usine, sous-traitant, soit comptable de sa problématique ». Pierre Prim pose clairement l’enjeu de sa proposition de charte mercredi 20 juin. Le président du Sedima détaillait pour la première fois à l’occasion de la remise du rapport annuel « photographie, perspectives, réflexions et actions » les contours de ce projet.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
22%

Vous avez parcouru 22% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !