Le début de la campagne de 2017 a été caractérisé par des prix très fermes, indique la note Agreste du ministère diffusée le 20 juillet. Avec la montée en puissance de la production sur les étals, les prix se sont tassés en mai, en dessous de la moyenne de 2012 à 2016.

Les conditions météorologiques estivales de juin ont ensuite soutenu la demande qui avait tardé à se dynamiser au début de la campagne. De ce fait, les prix se sont à nouveau raffermis, dans un contexte d’offre plus restreinte qu’en 2016. Ils se situaient en juin 2017, 30 % au-dessus des prix de juin 2016 et 5 % au-dessus des cours de la moyenne des cinq dernières campagnes.