En visite le 5‚septembre 2013 à Tech-Ovin, à Bellac, en Haute-Vienne, Stéphane Le Foll a rappelé que l'élevage était une priorité dans les discussions sur la mise en oeuvre de la nouvelle de la Pac.

« On ne pourra pas satisfaire à 100 % toutes les demandes, mais on ne fera pas cette réforme avec des arbitrages qui ne seraient pas en faveur de l'élevage et de sa diversité et en particulier dans l'élevage ovin », a-t-il indiqué.

Le ministre de l'Agriculture a aussi rappelé que le couplage serait maintenu et d'autres mesures, comme l'indemnité compensatrice de handicaps, revalorisées.

Lors de son passage dans les allées, le ministre a été interpellé par des militants de la Confédération paysanne au sujet des règles de conditionnalité. Ceux-ci venaient de quitter le siège de l'Agence de services et de paiement à Limoges qu'ils occupaient depuis la veille.

Concernant leur demande sur la mise en place d'un moratoire sur les contrôles de conditionnalité, le ministre a répondu « qu'il y avait des choses à regarder, en précisant que la contrepartie de ces mesures, c'est aussi la transparence de la traçabilité. »

La délégation a aussi demandé que le Groupe national loup se réunisse en urgence avant le 14 octobre, date initialement prévue. « Le plan loup qui devait être un plan de sauvetage est aujourd'hui une calamité », a souligné l'un des militants.

Marie-France Malterre