Éleveuse de 300 brebis à Menditte (Pyrénées-Atlantiques), où elle fabrique des fromages à pâte molle et de la tomme, Hélène Sallefranque a perdu près de la moitié de ses débouchés depuis le confinement. « Je vendais 30 % de ma production à des grossistes et 15 % à la ferme, explique-t-elle. Ces deux marchés sont au point mort. »

« De ce fait, je produis davantage de tomme, qui se garde plus longtemps, mais les saloirs se remplissent vite, poursuit-elle. Heureusement, j’ai augmenté mes livraisons aux magasins Point vert d’Euralis, qui commercialisent mes fromages dans plusieurs de leurs espaces La Table des producteurs. C’est une vraie bouffée d’oxygène, qui compense une partie de mes ventes perdues. »

32 points approvisionnés par 532 agriculteurs

Depuis 2012, Euralis implante des corners alimentaires dans ses jardineries pour offrir de nouveaux débouchés à ses adhérents producteurs fermiers. Le groupe en possède aujourd’hui trente-deux dans tout le Sud-Ouest, approvisionnés par 532 agriculteurs. Le concept est plébiscité par la clientèle.

« Toutes nos Tables des producteurs sont restées ouvertes depuis le début du confinement, ce que nous avons fait savoir à tous nos clients », souligne Johan Becquet, responsable régional de l’enseigne chez Euralis.

Plus 65 % de chiffre d’affaires

« Les fidèles achètent plus que d’habitude, et de nouveaux clients arrivent en nombre, explique le responsable. Pour répondre à la demande, les producteurs fermiers nous livrent deux fois plus souvent. Nos ventes ont augmenté de 65 %, et même de 120 % la semaine de Pâques.

« Nous avions décidé de soutenir les producteurs d’agneaux, en mettant en avant leurs produits, et les consommateurs ont répondu présent », ajoute-t-il. Ces espaces sont aussi accessibles aux non adhérents de la coopérative. Un maraîcher, qui n’avait plus de débouché en restauration et sur les marchés, livre désormais des paniers de fruits et légumes sur cinq magasins qui partent comme des petits pains.

Florence Jacquemoud