« Les incertitudes sur la récolte brésilienne qui démarrera en avril 2012, la faiblesse des stocks et l'instabilité du contexte macro-économique tempèrent la tendance baissière », a indiqué FranceAgriMer, mardi à l'issue du conseil spécialisé de la filière du sucre du 8 décembre 2011.

« Ces dernières semaines, la baisse des cours mondiaux amorcée au milieu de l'été s'est poursuivie. Cette tendance baissière reste cependant assortie d'une grande volatilité, puisque les cours du sucre ont connu un rebond important en octobre », note l'organisation.

FranceAgriMer estime que l'instabilité des taux de change est la source principale de la volatilité des cours mondiaux du sucre, « toute hausse du dollar se traduisant par une pression à la baisse du sucre, et inversement ».

La production sucrière européenne est revue à la hausse, à 18,3 Mt (y compris sirops pour la fabrication d'alcools). « Ce volume devrait permettre à l'Union européenne d'utiliser toutes les possibilités d'exportation qui lui sont reconnues par l'OMC et de dissiper les tensions persistantes sur l'approvisionnement du marché du sucre alimentaire », poursuit FranceAgriMer.

A.Du.