Constatant que dans le statut du fermage, « l'équilibre des intérêts entre bailleurs et preneurs n'est jugé satisfaisant par aucune des parties », le ministère de l'Agriculture propose, dans son projet de loi d'avenir pour l'agriculture, de « l'adapter aux réalités économiques actuelles ». Il propose notamment de faire évoluer le bail cessible, de revoir l'encadrement des prix du fermage et d'é...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
21%

Vous avez parcouru 21% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !