« Il y a une forte préoccupation avec la sécheresse qui impacte durement les exploitations. C’est une vraie catastrophe en termes de trésorerie et pour leur stratégie à mener durant les prochaines années », a lancé la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, lors d’une conférence organisée en marge du salon à Clermont-Ferrand.

L’éleveuse du Maine-et-Loire a profité du moment pour paraphraser Jacques Chirac, décédé le 26 septembre dernier. « Notre agriculture brûle et nous regardons ailleurs. Et ceux qui regardent ailleurs, ce sont les pouvoirs publics. »

Évoquant le sujet du stockage de l’eau, Christiane Lambert a exigé que « les préfets boostent l’émergence de projets » et a annoncé qu’elle adressera prochainement au président de la République son « pacte productif ». Ce document regroupant plusieurs recommandations relatives à la compétitivité de l’agriculture française avait été présenté mardi en compagnie de Coop de France et de l’Ania (Association nationale des industries alimentaires).

« Le ruissellement va surtout dans la poche des avocats »

Au rang des autres inquiétudes portées par le syndicat au Sommet de l’élevage se trouve celle des espérances déçues la loi sur l’agriculture et l’alimentation. « Les États-généraux de l’alimentation (EGA) ne sont pas arrivés dans les cours des fermes. Les habitudes n’ont pas changé », a constaté Patrick Bénézit, secrétaire général adjoint de la FNSEA. « Les EGA ne sont pas respectés par les distributeurs. Ils contournent les nouvelles règles encadrant les promotions avec des opérations “prix chocs”ou “prix flash” », a surenchéri Christiane Lambert. « On a encore affaire à des bandits de grand chemin. Actuellement, ça ruisselle surtout dans la poche des avocats en droit commercial mais pas dans celle des agriculteurs. »

Pour autant, la grande distribution n’est pas la seule cible du syndicat qui pointe également du doigt la restauration hors domicile. Le syndicat l’accuse de ne pas privilégier suffisamment l’origine France dans les assiettes.

Opérations escargot le 8 octobre

En réaction à ces préoccupations, la FNSEA a de nouveau réaffirmé qu’elle mènerait plusieurs actions. L’ensemble du réseau sera mobilisé le 8 octobre à travers des opérations escargot sur certains axes routiers et villes. « Il n’y aura pas non plus de blocage », a précisé Patrick Bénézit. « Nous ne voulons pas trop gêner nos concitoyens. »

Des actions seront également menées dans la restauration collective durant la semaine du 14 au 20 octobre. Elles viseront à sensibiliser les utilisateurs de cantines à manger français. Elles devraient précéder une convergence de convois agricoles vers les préfectures le 22 octobre.

Alexis Marcotte