Le ministre de l'Agriculture devait rencontrer les trois syndicats agricoles jeudi en marge du Sommet de l'élevage à Cournon (Puy-de-Dôme). Pour cause d'emploi du temps surchargé, seuls la FRSEA du Massif central et la Confédération paysanne ont pu s'entretenir avec Stéphane Le Foll.

La Confédération paysanne (CP) a interpellé le ministre sur la prime au jeune bovin, réservée aux troupeaux de plus de 50 UGB. Le syndicat conteste la pertinence d'une mesure qui exclut trop d'éleveurs. La parution du décret semble pour l'instant bloquée, à sa grande satisfaction.

La CP demande également la majoration des DPU sur les premiers hectares, assortie d'une prime au maintien du troupeau de ruminants, qui représenterait une aide à la production laitière. « Nous avons eu une écoute de la part du ministre, estime Philippe Collin, porte-parole de la CP. L'enjeu est d'autant plus fort pour les zones du Massif central et du Sud-Ouest. »

La FRSEA a apprécié « un échange constructif et direct, avec une très bonne écoute, s'est félicité Patrick Escure, président de la FRSEA de l'Auvergne. Les discussions ont porté sur “comment garder un élevage en France”. »

Les doléances de la FRSEA ont porté sur :

- le prix des productions, qui doit augmenter ;

- les enveloppes de modernisation d'élevage, en particulier des bâtiments ;

- la Pac, qui doit être renforcée pour l'élevage, avec des soutiens supplémentaires : aides couplées aux productions animales (lait et porc de montagne) et aide à l'agriculture de montagne ;

- les prairies permanentes (en particulier leur retournement dans le cadre du verdissement).

Les représentants syndicaux ont alerté le ministre sur le « ras-le-bol des éleveurs par rapport à l'empilement des réglementations ». Un éthylotest lui a d'ailleurs été remis symboliquement lors de sa visite du salon.

Les réactions sont beaucoup moins indulgentes sur le stand de la Coordination rurale. « J'estime qu'il est grave qu'un ministre ne reçoive pas un syndicat représentatif, réagit Daniel Condat, président de l'OPL (Organisation des producteurs de lait, branche de la CR) et représentant du Puy-de-Dôme. C'est un mépris pour les producteurs. Nous sommes un syndicat représentatif, et nous avons été boycottés. Pour un ministre qui veut mettre de la pluralité, c'est un peu fort ! »

E.C.