« Nous avons demandé la mise en place d’une cellule de coordination pour les opérations de solidarité fourrages, en concertation avec trois ministères (Agriculture, Transports et Intérieur). Elle sera mise en place très prochainement », a déclaré Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, à l’issue d’un rendez-vous de près de deux heures avec le ministre de l’Agriculture, le 29 juillet 2019.

Péages gratuits

La FNSEA demande notamment que les frais de péage soient gratuits pour les camions de transport de fourrages. « Mais nous devons trouver des solutions pour que cela profite aux échanges de fourrages français et pas aux transporteurs allemands ou espagnols », a insisté la présidente du syndicat. « Il faut que cela profite à la solidarité », justifiant ainsi le fait que la cellule ne soit pas mise en place tout de suite.

Dans certains départements, le coût du transport « fait plus que doubler » le prix de la paille, comme en Lozère où il est estimé à 60 €/t pour faire venir de la paille de l’Île-de-France, argumente Christiane Lambert.

Dérogations « dérobées » selon les départements

Plus tôt dans l’après-midi, le ministère de l’Agriculture a annoncé un nouvel élargissement des départements bénéficiant d’une dérogation pour valoriser les jachères.

Les dates limites de semis des dérobées pourront aussi être décalées au cas par cas dans chaque département. Les décisions seront donc prises indépendamment par chaque préfet en concertation avec les professionnels, précise Christiane Lambert. La date limite du 20 août est celle qui garantit aux agriculteurs de pouvoir toucher la totalité de leur avance sur le paiement vert au 16 octobre. Mais les préfets pourront choisir d’aller au-delà s’ils le jugent nécessaire.

Sur la question de l’implantation des dérobées, Christiane Lambert estime qu’il faudra, dans la future Pac, revoir la réglementation européenne qui n’est pas adaptée aux pratiques des agriculteurs.

Marie Salset