Et une norme de plus ! À partir de janvier 2021, les tracteurs et automoteurs neufs qui seront vendus en Europe et en Amérique du Nord abriteront un nouvel équipement. Ce dernier passera peut-être inaperçu aux yeux des néophytes, mais il va changer les pratiques des agricultrices et agriculteurs qui embarquent fréquemment leurs enfants dans leur cabine. En effet, un amendement au règlement européen 167/2013, plus connu sous le nom de Mother Regulation, prévoit la mise en place de fixations Isofix pour sécuriser les sièges pour bébés et les rehausseurs au niveau du siège passager.

Limiter les accidents

Les agricultrices allemandes sont à l’origine de cette loi, appuyée par la puissante DLG, société des agriculteurs germanique, qui réalise les tests d’homologation dans ce pays. « Chaque année, des enfants sont blessés parce qu’ils ne sont pas correctement attachés dans le tracteur ou la moissonneuse-batteuse, insiste le Dr Fisch, responsable du programme Kinder Sicherheit (sécurité enfants) de la DLG. Il était temps de légiférer. »

Plusieurs ingénieurs français ont planché sur le développement d’une solution. « Il n’était pas question d’inventer un dispositif de contention contraignant à mettre en place et gênant pour ceux qui ne transportent pas d’enfants, insiste Pierre Harengsaur, spécialiste de la sécurité routière. Nous avons donc eu l’idée d’utiliser le siège auto et d’équiper le tracteur des attaches nécessaires. »

La solution la plus simple

À partir du 1er janvier, tous les engins équipés d’un siège passager seront donc munis des deux attaches Isofix inférieures, placées entre l’assise et le dossier. Cette configuration devra être compatible avec tous les sièges passagers du marché, y compris ceux qui cachent une glacière sous l’assise.

Pour amarrer le troisième point de l’Isofix, un crochet sécurisé sera installé sur le montant arrière gauche de la cabine. Les enfants placés dans un siège bébé devront obligatoirement être attachés par un harnais. Le rehausseur sera sécurisé par la ceinture ventrale.

Jusqu’à 135 euros d’amende

Selon l’article de loi R. 142-2, le fait de ne pas utiliser le siège auto pour enfants dans un engin agricole constituera une infraction punie de l’amende prévue pour les contraventions de la quatrième classe. La peine encourue est une amende de 135 € (375 € si l’amende est majorée).

Certains constructeurs envisagent aussi d’installer une attache Isofix sur le siège principal afin de permettre l’utilisation d’un rehausseur et ainsi faciliter l’apprentissage de la conduite dès le plus jeune âge.

Corinne Le Gall