Vilmorin, quatrième semencier mondial, et filiale cotée en Bourse de la coopérative Limagrain, a engrangé un chiffre d’affaires annuel de 1,39 milliard d’euros sur son exercice 2018-2019 terminé le 30 juin, contre 1,34 milliard lors de l’exercice précédent. En données comparables, les ventes ont progressé de 4,5 %, soit plus que l’objectif que s’était fixé le groupe, qui tablait sur une amélioration du chiffre d’affaires de 2 à 3 % à données comparables.

Hausse des ventes en grandes cultures

Au quatrième trimestre, ce sont les ventes de semences de grandes cultures, telles le blé ou le maïs, qui ont le plus progressé : de 11,2 % à 123,5 millions d’euros. Le groupe enregistre une hausse de ses ventes « dans la plupart » des pays européens, ainsi qu’une « croissance » en Russie et en Turquie sur le tournesol malgré la diminution des surfaces cultivées. Après une campagne de maïs décevante au Brésil, Vilmorin estime être parvenu à une quasi-stabilité de son chiffre d’affaires annuel dans ce pays.

Globalement, son chiffre d’affaires annuel sur les semences de grandes cultures s’établit à près de 650 millions d’euros, en hausse de 4,3 % par rapport à l’exercice 2017-2018. Néanmoins la société AgReliant, coentreprise à parts égales entre Vilmorin et le groupe allemand KWS, a subi un très fort recul de ses ventes sur le marché nord-américain : - 20,4 % à données comparables.

Ventes de maïs réduites aux États-Unis

Vilmorin a été touché par les conséquences des conditions météorologiques exceptionnellement humides dans la région de la « Corn Belt » aux États-Unis en mai et juin. Cet incident climatique, avec inondations à la clé, a empêché de nombreux semis et donc réduit les volumes de ventes de semences de maïs.

Quant aux semences potagères, elles affichent une hausse de 6,8 % de leurs ventes à 249,5 millions d’euros. Le groupe enregistre ses meilleures performances avec la carotte, le poivron, le melon, le concombre et la courgette, et a progressé sur des espèces locales comme la courge kabocha au Japon. Les produits de jardins et holdings ont pour leur part progressé de 21,5 %, à 15,8 millions d’euros.

Sur le marché africain, où Vilmorin détient 29,4 % du capital du semencier Seed Co et 31 % du capital de Seed Co international, le groupe a vu ses ventes progresser de 9 %, « confirmant sa position de premier semencier africain », indique le communiqué.

Vilmorin a aussi confirmé que la progression de son taux de marge opérationnelle courante pour l’exercice 2018-2019 devrait être « proche de un point », après intégration d’un effort de recherche d’environ 240 millions d’euros. L’an passé il s’élevait à 7,2 %. Le résultat net annuel pour l’exercice en cours est, lui, attendu en « légère progression » par rapport aux 76,9 millions d’euros enregistrés l’exercice précédent.

AFP