Le Staff (Syndicat des trieurs à façon de France) a présenté, le 13 juin 2012, les résultats d'une enquête menée auprès de ses adhérents.

Un accroissement des activités est noté pour 2011. « Nous constatons aussi une professionnalisation de notre métier avec un renforcement et une modernisation de nos stations mobiles », souligne Sylvain Ducroquet, président du Staff.

Ainsi, les tonnages triés et préparés pour cette même année sont en moyenne de 3.131 tonnes de semences par entreprise, toutes espèces confondues. Au total, 120.000 tonnes ont été traitées par ces entreprises.

Les semences de ferme représenteraient 42,12 % de l'ensemble des semences agricoles. La part des semences traitées par les agriculteurs tendrait à se réduire, la moitié des adhérents enregistrant une augmentation du nombre de clients.

Les entreprises sont de plus en plus spécialisées et traitent en moyenne des chantiers de 5,6 tonnes de blé tendre (espèce la plus représentée), avec en moyenne trois variétés. En moyenne, près de six espèces sont travaillées par les trieurs-préparateurs, qui proposent un choix d'un peu plus de quatre traitements phytosanitaires.

Concernant la loi sur le COV (certificat d'obtention végétale) votée en fin d'année, le staff souhaite un cadre concerté et révisé.

« La question du montant de la rémunération des obtenteurs doit être posée, comme l'interdiction des hybrides en semences de ferme ou la durée de protection des variétés, qui est passée à 25 ans alors que leur durée de vie est au maximum de cinq ans. La liste d'espèces est, de plus, trop restreinte et la phacélie et la moutarde devraient au moins être ajoutées », ajoute le syndicat.

S'il veut être représenté au sein de l'interprofession des semences (Gnis), le Staff souhaite également participer au groupe de travail pour l'extension de la CVO aux autres espèces que le blé tendre. Un accord est prévu pour 2013.

C.F.