Le semencier allemand Farmsaat « attaque » le marché français avec un modèle de distribution innovant : de l’agriculteur à l’agriculteur. Ainsi rompant avec les circuits classiques de distribution, il a décidé de s’adresser directement aux agriculteurs français via un réseau de partenaires agricoles locaux, recrutés au plus près du terrain et rémunérés pour assurer la prise de commandes et la livraison des doses de maïs.

Il s’agit d’un schéma de distribution disruptif, déjà mis en place dans quelques pays de l’Europe de l’Est et du Nord, qui répond aux valeurs fondatrices de la firme, c’est-à-dire redistribuer la valeur au profit des producteurs. « Les premiers tests réalisés auprès d’agriculteurs de l’ouest de la France s’avèrent encourageants, et démontrent la pertinence de l’offre », estime le semencier.

Multipliée en France

C’est aussi la possibilité de faire bénéficier aux professionnels français du « fruit d’une recherche allemande de haute qualité ». En effet, Farmsaat fait partie des principaux semenciers allemands et se déploie sur les marchés du nord de l’Europe.

La firme d’Everswinkel (Rhénanie-du-Nord) propose des semences de maïs hybride, sélectionnées en Allemagne selon des méthodes de croisement traditionnelles et sans utilisation de génie génétique. Elles sont ensuite multipliées en plein champ en France. La gamme, destinée à l’agriculture conventionnelle et biologique, comprend des variétés très précoces, précoces et demi-précoces adaptées à l’ensilage, au maïs grain sec et humide et à la méthanisation.

Enfin, Farmsaat est membre de l’Union française des semenciers (UFS) et les variétés de maïs qu’il propose sur le marché français figurent au catalogue européen des espèces et variétés et pour certaines au catalogue français.

Céline Fricotté