Dans un communiqué de presse du 22 février 2016, sept organisations paysannes et de la société civile (1) indiquent qu’elles boycotteront le Haut-Conseil des biotechnologies (HCB) tant que la pluralité des avis sur les OGM ne sera pas respectée.

En effet, au début de février, le HCB a publié une première contribution sur les nouvelles techniques de modification génétique, dites NBT (New Breeding Techniques). « Un sujet brûlant qui concerne le statut juridique des produits végétaux et animaux issus des nouvelles techniques de modifications génétiques », rappellent les organisations. Or, selon elles, l’avis du comité scientifique a été tronqué et n’a pas inclus l’avis divergent présenté par l’un des experts membre de ce comité. Les sept organisations soussignées avaient alors dénoncé une censure qui bafoue le principe de pluralité des opinions qui caractérise théoriquement le fonctionnement du HCB.

« Le HCB justifie l’exclusion de cet avis au nom d’un vice de procédure non avéré, ce qui est inacceptable, estiment les organisations. L’expert concerné, M. Yves Bertheau, directeur de recherche à l’Inra, a depuis démissionné du comité scientifique pour signifier son désaccord profond. »

En conséquence, les sept organisations annoncent leur décision de suspendre leur participation aux travaux du comité économique, éthique et social du HCB tant que cet avis scientifique divergent n’aura pas été publié et transmis aux autorités européennes par le HCB et demandent également à être reçues par les ministres de l’Écologie et de l’Agriculture afin d’exprimer leur vive inquiétude quant à la volonté du HCB de faire taire les avis divergents s’exprimant en son sein.

(1) Amis de la Terre, Confédération paysanne, Fédération nationale d’agriculture biologique, France Nature Environnement, Greenpeace, Réseau Semences Paysannes, Union nationale de l’apiculture française.