La modification du cahier des charges a été réalisée sur la proposition de la commission permanente du comité national des appellations d’origine laitières, agroalimentaires et forestières de l’Institut national de l’origine et de la qualité (Inao) en date du 29 août 2019.

Souplesse sur le pâturage

Selon l’arrêté publié au Journal officiel ce 20 septembre, pour l’année 2019, le pâturage est obligatoire pour les vaches laitières pendant une durée minimal de 100 jours par an, contre 160 jours initialement prévus dans le cahier des charges.

Du 1er août 2019 au 1er mai 2020, la ration totale annuelle des vaches laitières en matière sèche comprend au minimum 50 % d’herbe provenant de la zone de production du lait, au lieu de 70 %.

Paille, mélasses et vinasse

Dans la ration annuelle des vaches laitières, le plafond d’aliments complémentaires passe à 2 100 kg par vache et par an, soit une rallonge de 300 kg. L’herbe complémentaire peut désormais être distribuée sous forme d’enrubannage.

Le recours à la paille pouvant provenir de l’extérieur de la zone de production est également autorisé. La mélasse de betterave sucrière et de canne à sucre, ainsi que la vinasse de levurerie peuvent être utilisées comme aliment liquide dans la ration.

Concernant les génisses, leur ration de base annuelle doit être composée d’herbe, sans contrainte liée sa provenance (contre au moins 40 % en provenance de la zone de production initialement). De la paille peut également être intégrée dans la ration.

V. Guyot
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Stabilisation des cours

Alors que la semaine 49 correspond habituellement à une très forte activité des abattoirs pour servir le marché italien, les besoins de ce marché ne se montrent pas à la hauteur des années précédentes. D’une part, les volumes mis en place en Italie ont été importants depuis le milieu de l’année. D’autre part, les industriels et les distributeurs se veulent très prudents face à la montée en puissance de l’épidémie de Covid-19.