Le ministère de l'Agriculture annonce, vendredi dans un communiqué, son association avec l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) dans le cadre de la journée mondiale contre la rage, le 28 septembre 2014. Ensemble, les deux entités souhaitent sensibiliser sur « les risques toujours présents d'introduction de la rage en France ».

Une autre journée, destinée aux différents acteurs intervenant dans la surveillance et la gestion des mouvements de carnivores (professionnels de la santé, vétérinaires, administrations centrales et déconcentrées, opérateurs des transports aériens et maritimes, scientifiques) sera organisée le 9 octobre. L'objectif est « de faire un point sur la situation sanitaire mondiale et de rappeler les bons réflexes à adopter face à la maladie, notamment en cas de suspicion ou de morsure ».

Selon l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE), la rage est une maladie virale qui tue encore près de 70.000 personnes par an dans le monde. « Bien que la France métropolitaine soit indemne depuis 2001, des cas sporadiques de rage liés à l'importation illégale de carnivores domestiques en incubation de rage se produisent, rappelle le ministère. Le cas le plus récent remonte à octobre 2013, lorsqu'un chaton a été ramené du Maroc dans le Val-d'Oise. »