L’institution financière internationale Rabobank a mesuré les conséquences de la décision de Donald Trump de surtaxer l’importation de produits agricoles européens à compter du 18 octobre 2019. L’impact est très différent selon les pays et les productions. En France, ce sont surtout les exportations de vin qui devraient être affectées.

Vins et spiritueux

Les États-Unis sont friands des bons produits européens et notamment des vins et spiritueux, qu’ils importent en grand nombre (80 % de leurs importations totales). En valeur, 18 % des exportations françaises et 12 % des exportations espagnoles de vin sont destinées au géant américain. C’est donc la production viticole qui devrait être la plus largement touchée. Si les vins effervescents et ceux comportant plus de 14 % d’alcool sont exclus des sanctions américaines, l’impact de l’augmentation des droits de douane devrait concerner 60 % des vins français et espagnols vendus aux États-Unis. Le whisky écossais devrait aussi subir les conséquences des sanctions américaines

107 000 tonnes de produits laitiers

La deuxième catégorie pour laquelle des conséquences négatives sont prévisibles est celle des produits laitiers. Au total, 107 000 tonnes de produits devraient être concernées par une taxe additionnelle d’importation de 25 %. Et ce sont les 20 000 tonnes de fromages italiens qui seraient les plus durement touchées, ainsi que le beurre irlandais.

Changement d’habitude pour les consommateurs américains

Selon Rabobank, la conséquence directe de la décision du président Trump sera une augmentation des prix des produits européens sur le sol américain qui pèsera dans le porte-monnaie des consommateurs. Ces derniers pourraient tourner le dos aux produits provenant du Vieux Continent et opter pour des produits similaires locaux ou fabriqués dans des pays qui ne subissent pas de sanctions américaines. Les opérateurs européens pourraient, quant à eux, voir leurs marges diminuer.

B. Quantinet