« Ce n’est malheureusement pas la première fois que le Sommet de l’élevage se déroulera dans un contexte très difficile pour les éleveurs. Deux sécheresses consécutives exceptionnelles, un agribashing montant en puissance, le Mercosur... Autant de sujets déstabilisants pour les agriculteurs français dont les éleveurs du Massif central, explique Jacques Chazalet, président du Sommet de l’élevage. « Le rendez-vous donné par la vingt-huitième édition de ce salon professionnel consacré à l’élevage n’en est que plus important. »

« Avec 1 560 exposants dont 340 internationaux représentant 38 pays et 2 000 animaux d’élite, le Sommet s’annonce sous les meilleurs auspices pour les échanges commerciaux » insiste le président. « L’Afrique de l’Ouest est l’invitée d’honneur. Les ministres de l’Agriculture de l’Azerbaïdjan et du Niger ont par ailleurs confirmé leur présence. Le centre de conférences affiche complet. Nous ne sommes pas inquiets en tant qu’organisateurs. Les éleveurs viendront nombreux chercher des solutions que nous espérons leur apporter pour partie. »

Pour Fabrice Berthon, commissaire général, « le Sommet de l’élevage est un rendez-vous incontournable, pour réfléchir et appréhender les enjeux de demain. La marge de progression des exposants s’est principalement faite sur des secteurs porteurs tels que le bien-être animal, l’agriculture bio, les énergies renouvelables et le digital. » Un nouvel espace entièrement réservé aux startups agricoles va de fait accueillir les innovations technologiques en lien avec l’agriculture du futur : capteurs météo, colliers connectés, capteurs de bien être animal…

Concours nationaux

La blonde d’aquitaine, troisième race à viande française, organise son concours national durant les trois jours du Sommet. 350 animaux en provenance de 140 élevages de 35 départements sont attendus. Du côté des ovins, c’est la race Île-de-France qui sera à l’honneur avec 180 animaux en concours national. La vingtième édition du concours « Fermiers d’or » met, quant à elle, en compétition 316 produits issus des 12 départements de la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

Les éleveurs et les organisations professionnelles souhaitent sans surprise s’entretenir avec le ministre de l’Agriculture et le président de la République des problèmes actuels de leur métier. Pour l’heure, les dates de venues du ministre et du Président au Sommet de l’élevage de 2019 ne sont pas officiellement connues.

Monique Roque Marmeys