Qu’ils soient bio ou conventionnels, nombreux sont les agriculteurs à parcourir les allées du salon de Bourg-les-Valence, dans la Drôme, en ce 18 septembre, jour d’ouverture de Tech & Bio. Cette année, les organisateurs espèrent drainer 19 000 visiteurs sur les deux jours de salon, soit 1 000 de plus que sur l’édition précédente. La diversité du visitorat est à l’image des productions représentées sur le salon : céréales, maraîchage, plantes à parfum et aromatiques (ppam), vigne, élevage, tout le monde s’est donné rendez-vous dans la Drôme.

Le désherbage alternatif a le vent en poupe

Diversité des productions mais aussi diversité des itinéraires culturaux et des pratiques. La faute au contexte et au climat anti-phytos ? Peut-être. Une chose est sûre, les solutions de binage et de gestion des adventices fleurissent et deviennent de plus en plus pointues. Géants du machinisme comme petits constructeurs ont troqué les pulvérisateurs des salons précédents pour afficher leurs dernières innovations en matériel de travail du sol et de désherbage alternatif.

Si les traditionnels robots de Naïo technologies évoluent au sein des parcelles de démonstration, les autres exposants n’hésitent pas à sortir des curiosités. New Holland fait d’ailleurs la démonstration de son outil de désherbage électrique tandis que Carré expose une machine de désherbage thermique sur le rang.

Pour les interventions en postlevée, les bineuses entrent en scène. Interface à guidage par caméra ou RTK se démocratisent et peuvent désormais s’adapter sur des outils anciens. Des écimeuses font aussi partie du lot de démonstrations. On note également la présence d’un outil de gestion des adventices mécanique pour des céréales au stade des 10 cm.

Sortez couverts

Agriculture biologique et couverts végétaux ne faisaient pour l’instant pas toujours bon ménage. Une partie du salon est cette année consacrée à la gestion et à la conduite d’un sol couvert. Au menu, profil cultural, parcelles couvertes et conférences pour faire naître des stratégies au sein de l’audience.

Enfin, du côté des bioénergies, le biogaz bouscule les habitudes. Au milieu des exposants de panneaux photovoltaïques et de solutions solaires, les stands pour la méthanisation gagnent en envergure pour susciter l’intérêt et la naissance de projets.

Loris Coassin