Emmanuel Macron s’entretiendra demain mardi 23 février 2021 en Bourgogne avec des acteurs de la filière agricole, a annoncé l’Élysée ce lundi 22 février 2021. Il entend démontrer « son intérêt » à ce secteur en l’absence du Salon international de l’agriculture, annulé cette année à cause de la crise du Covid-19.

> À lire aussi : Emmanuel Macron cherche toujours comment mieux répartir la valeur dans les filières agroalimentaires (23/02/2021)

Emmanuel Macron veut réaffirmer son « attachement à l’agriculture »

Un mois après avoir été reçu dans une exploitation de l’Eure, le chef de l’État est attendu dans la matinée à Etaules, en Côte-d’Or, à une quinzaine de kilomètres au nord de Dijon. Il visitera une ferme familiale en polyculture-élevage (oléagineux, légumes, porcs, ovins, chevaux…), qui travaille notamment en circuits courts.

Cette visite de terrain se tient à la période où aurait dû se tenir le salon de l’agriculture, qui représente chaque année un marathon pour le président de la République, qui y était resté une douzaine d’heures le 22 février 2020. Elle sera « une manifestation de l’intérêt et de l’attachement du président à l’agriculture et à la situation des agriculteurs », a précisé l’Élysée.

À lire aussi : 200 fermes ouvertes pour remplacer le salon de l’agriculture (11/02/2021)

Une visite à J-5 de la fin des négociations commerciales

Avec le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, il évoquera les grands sujets d’actualité au cours d’une table-ronde avec des agriculteurs, des transformateurs et des distributeurs « engagés pour une meilleure répartition de la valeur entre les différents maillons de la chaîne agroalimentaire », selon la présidence.

Le débat sera animé par Serge Papin, l’ancien patron de Système U missionné par le ministère de l’Agriculture pour travailler sur « la répartition de la valeur » dans ce secteur.

Cette discussion se tiendra à quelques jours de la fin, le 1er mars 2021, des négociations commerciales annuelles qui déterminent les prix des produits vendus en supermarché (hors marques de distributeur) et la rémunération de tous les maillons de la chaîne alimentaire.

Emmanuel Macron devrait s’exprimer sur le sujet alors que le gouvernement a prévenu qu’il continuerait à intensifier les contrôles pour tenter de sortir par le haut du bras de fer entre la grande distribution et ses fournisseurs.

À lire aussi : Julien Denormandie : « avec la guerre des prix, la chaîne agroalimentaire va droit dans le mur » (17/02/2021)

Pac et transition écologique au programme de la fin de semaine

La table-ronde portera également sur « ce qui marche » et « ce qu’il faudrait faire pour aller plus loin » dans la loi Alimentation (ou Egalim), promulguée en 2018 à la suite des États généraux de l’alimentation, selon l’Élysée.

Le chef de l’État doit par ailleurs recevoir d’ici la fin de la semaine les six principaux syndicats agricoles, dont la FNSEA, pour le point annuel des grands dossiers, dont la réforme de la Pac et la transition écologique.

AFP