Le syndicat estime qu’« en pleine crise agricole, le gouvernement vient de choisir […] de faire peser davantage sur les bas revenus paysans une augmentation de la cotisation retraite complémentaire obligatoire ». « Ce faisant, il effectue un double mauvais choix sur lequel nous l’avions déjà alerté lors de la conférence sur les retraites ».

« En premier lieu, l’option de revaloriser les retraites par la RCO acte la volonté d’aller vers un système moins mutualiste, et surtout plus injuste que la retraite proportionnelle ou plus généralement la retraite de base puisque l’assiette minimale est de 17 000 € de revenu alors que 70 % des paysans sont en dessous de ce revenu. Le gouvernement fait donc le choix de creuser les disparités entre paysans », explique la Confédération paysanne.

Réforme en profondeur du dispositif retraite agricole

« En second lieu, il refuse de s’attaquer au fond du problème, à savoir que les paysans acquittent des cotisations indexées sur la valeur Smic et reçoivent des pensions indexées sur les prix, le premier indice évoluant plus vite que le deuxième. La situation empire graduellement depuis des décennies et le déficit devient structurel : à chaque nouveau mandat présidentiel sa réforme pour combler le vide créé par rapport au fameux « 75 % du Smic » (pourtant atteint en 2003) », ajoute le syndicat.

« Parce qu’elle est attachée à un système basé sur la solidarité », la Confédération paysanne affirme qu’« il faut sortir de l’impasse par une réforme en profondeur du dispositif des retraites agricoles en changeant les indices, en confortant le poids de la retraite de base, en instaurant des cotisations progressives sur le revenu ».

Lire également :

Retraite complémentaire : le gouvernement tape sur les actifs agricoles (30 décembre 2016)