Trente-quatre mois : c’est le temps qu’il reste pour relever le défi de la loi Egalim. Par son article 24, elle impose à la restauration collective publique d’offrir, à compter de 2022, au moins 50 % (en valeur) de produits répondant à divers critères de qualité. Dont au moins 20 % de bio. Sans attendre le décret d’application, qui clarifiera quels produits peuvent être comptabilisés dans...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
11%

Vous avez parcouru 11% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !