Des chercheurs de l’Inra, en association avec des équipes chinoises, américaines et italiennes, ont pour la première fois séquencé et assemblé à l’échelle chromosomique le génome du carpocapse. « Il s’agit d’un outil clé dans la lutte contre ce ravageur des pommes et des poires », a indiqué l’Inra via communiqué le 18 septembre 2019.

Gènes identifiés

Cela « facilitera les futures études génétiques sur l’adaptation du carpocapse aux changements de l’agriculture mondiale », concluent les chercheurs. « Des études fonctionnelles ont permis d’identifier des gènes de détoxification plus particulièrement impliqués dans les résistances aux insecticides », indique l’Inra. En effet, ce papillon est capable de « s’adapter rapidement à son environnement et de développer de fortes résistances aux insecticides » (conventionnels et biologiques), indique l’Inra.

L’étude a été publiée dans la revue Nature Communications le 17 septembre 2019. Elle a été menée en collaboration notamment avec une équipe chinoise : ce ravageur est émergent dans le pays du soleil levant, et est particulièrement étudié.

H.P.