Communiquer positivement sur l’agriculture. Parler du métier « sans filtres, sans clichés, en toute transparence… » Tel est l’objectif que s’est fixée l’association « France Agri twittos », qui réunit des agriculteurs et proches du milieu agricole, aficionados de Twitter. « C’est mon réseau social préféré, le plus intéressant aujourd’hui pour parler aux professionnels et aux journalistes », confie Christophe Naudin (@Chris_Naudin). Ce céréalier de l’Essonne a déjà pris l’habitude de parler de son métier sur son compte personnel, mais « se regrouper permet de déployer un message, de faire en sorte qu’il soit mieux entendu », estime-t-il.

Joyeuse bande

Ce qui a motivé son adhésion ? « C’est un cadre apolitique et asyndical pour structurer les prises de parole, une aide pour éviter les réactions impulsives, apprécie-t-il. Mais surtout un prétexte pour se rencontrer ! » En témoigne « l’apéro » organisé ce jeudi 1er mars 2018 au Salon de l’agriculture, sur le stand de la Ferme digitale en présence du secrétaire d’État au Numérique, Mounir Mahjoubi. Beaucoup des 120 membres que compte aujourd’hui l’association ont fait le déplacement. On se retrouve, on fait connaissance sans écran interposé, on blague, on se prend en selfie, on twitte… Et on lance des projets.

Devant cette joyeuse bande, l’équipe aux manettes a dévoilé une « charte d’utilisation du hashtag #FrAgTw », qui sert de lien aux messages publiés sur le réseau. Elle fixe les grands principes de la communication positive chère à l’association : parler du secteur agricole, conserver un langage courtois, proscrire les insultes, relayer les messages des collègues… « Pas pour parler d’une seule voix, mais dans des bons termes », insiste un adhérent.

Banque de photos

« C’est parfois dur de répondre calmement à certains messages, admet Denis Beauchamp (@GrainHedger), responsable du secteur des céréales d’une coopérative de l’Allier. Mais il faut prendre sur soi car le but est de mener un travail de fond pour faire changer les regards. »

Pour Cyrille Champenois (@cyr081), agriculteur dans les Ardennes et président de l’association, l’objectif de cette démarche est aussi de tendre la main aux journalistes. Une plateforme de photos devrait même être mise à leur disposition. « Nous avons remarqué qu’il y a souvent des erreurs dans les illustrations choisies pour les articles de presse, explique Cyrille. Au lieu de taper sur les journalistes, nous souhaitons les accompagner en leur permettant de reprendre des photos de nos exploitations. »

Un premier chantier pour répondre de manière simple et efficace aux grands enjeux de communication du moment. Les réseaux ont toujours été dans les gènes du monde agricole, mais à l’ère numérique, « nous avons encore beaucoup de choses à construire ! »

Alain Cardinaux