Les filières de l'élevage peuvent respirer. Les rencontres «Animal et Société», voulues par Nicolas Sarkozy et présidées par Michel Barnier, se sont achevées mardi avec la présentation de 34 mesures. Cinq seulement concernent l'élevage et l'abattage. Les débats se sont surtout focalisés sur les animaux de compagnie et la corrida.

Pour l'élevage, les mesures retenues par le groupe de travail «Animal et Société» sont peu contraignantes. Les DDAF recevront une circulaire pour «identifier dans les élevages les cas de négligence dus aux difficultés économiques ou sociales dans le cadre des commissions Agridiff». Les modalités d'euthanasie des animaux par les éleveurs seront précisées par décret. Enfin, les conditions de bien-être des animaux en cours de transport seront «objectivées».

Concernant les abattoirs, un programme de formation spécifique à la «protection animale», obligatoire pour tous les intervenants, serait mis en place. Une circulaire s'assurant «de la bonne contention des animaux» verrait le jour pour préciser les caractéristiques des équipements de contention.

Cependant, le soulagement pourrait n'être que provisoire: le statut juridique de l'animal, «être sensible», fera l'objet d'études supplémentaires, afin d'évaluer toutes les conséquences juridiques de son évolution, et d'harmoniser «à droit constant» les définitions du code civil et du code rural.

Consultez également cet article :

Téléchargez :

E.C.