Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

L’athlète qui défie la glace

réservé aux abonnés

 - -->
© A. Valois

Cyrille Copier, quarante-cinq ans, est viticulteur dans le Diois et guide de haute montagne. Il sait allier ses passions et aime faire découvrir le plaisir de grimper les parois glacées.

Sillonnant les routes des Alpes, Cyrille Copier emporte dans son fourgon de quoi livrer ses clients en vins, crémant et clairette-de-die qu’il produit. Près des cartons, une grande malle contient des baudriers, crampons, piolets, cordes, casques, gants… le parfait équipement des amoureux de montagne. Le viticulteur à Die (Drôme) est chez lui en altitude, sur les terrains très escarpés et les falaises glacées vertigineuses. Ce quadra, à la silhouette de grimpeur et au regard bleu, s’est aventuré à pied et à ski sur la plupart des sommets de l’arc alpin, du massif du Mercantour à l’Autriche.

Des responsabilités dans des collectifs

Aspirant guide à dix-huit ans, formé à Chamonix, il se dit boulimique de montagne, enchaînant les courses ardues, avec des cordées de clients confirmés. Entre deux, il cultive son jardin secret : l’escalade sur cascades de glace. « J’ai découvert à Freissinières ces parois éphémères qui peuvent se détacher et nous emporter avec elles », raconte-t-il. L’alpiniste est devenu un adepte, puis un expert de cette discipline précise, exigeante et à haut risque. Cyrille Copier cultive également 13 hectares de vignes en biodynamie.

« La montagne me tire vers le haut, et travailler la terre m’enracine. »

En 2006, il décide de se poser un peu et fonde une famille. Il passe son BPREA à trente ans et reprend l’exploitation viticole de son parrain André et de son épouse Eliette. Ces montagnards chevronnés lui ont transmis leurs deux passions en l’accueillant chez eux quand il était adolescent. Il les aidait aux travaux d’épierrage, comme aux plantations. « La montagne me tire vers le haut, et travailler la terre m’enracine. En tant que guide, je donne beaucoup aux autres, dans les vignes je me recentre. Les deux sont pour moi complémentaires », explique-t-il.

Ce sportif est un membre solide du GIE Côté Cairn, qu’il a cofondé en 2014, et du Ice Climbing Ecrins (lire l’encadré). Bénévole de ce rassemblement de grimpeurs dès 1993, il est depuis sept ans le coordinateur technique. Lui, qui a « transpiré la montagne », sait la lire, repérer les zones à grimper ou à éviter. Peu avant l’ouverture des voies aux initiés et aux apprentis, il survole la montagne en hélicoptère avec la sécurité – CRS (1) et PGHM (2) –, sans jamais perdre de vue que son terrain de jeu favori est très dangereux. Comme il a plaisir à partager, ses trois enfants sont des mordus de glace, l’ice pour les connaisseurs.

Alexie Valois

(1) Compagnies républicaines de sécurité.

(2) Pelotons de gendarmerie de haute montagne.

Les trente ans du festival de la glace

Depuis trois décennies, les passionnés de montagne de toute l’Europe se retrouvent en janvier à L’Argentière-la-Bessé (Hautes-Alpes) pour l’Ice Climbing Ecrins. Au programme : des ateliers d’initiation et de perfectionnement à l’escalade, au ski freeride, au ski de rando et aux raquettes. Le festival de la glace se termine en beauté avec concerts et feu d’artifice.

Cette année, le festival se déroule du 9 au 12 janvier, www.ice-climbing-ecrins.com

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !