Parce qu’il a toujours eu le cœur sur la main, Antoine Helleboid n’a pas supporté de jeter une partie de sa toute première récolte de courgettes. « J’avais signé un contrat avec Bonduelle, explique le jeune agriculteur de Tilques, près de Saint-Omer. Ce jour-là, il avait fait un peu chaud, les courgettes avaient poussé un peu vite et certaines étaient devenues trop grosses pour être commercialisables. »

Ne pas jeter

Se torturant l’esprit tout au long de la journée, il a eu l’idée d’appeler sa marraine, bénévole aux Restos du cœur, et le tour était joué. Le lendemain, une camionnette de l’association venait chercher les écarts de tri. C’est ainsi qu’il a commencé à donner ses légumes hors calibre, « moches » ou dépassés.

Ambassadeur de l’association Solaal

« J’ai été élevé dans l’antigaspillage. J’ai toujours cherché à aider les autres », souligne Antoine, 41 ans, qui a repris l’exploitation familiale en 2015. « Elle ne s’étendait que sur 50 hectares. J’ai donc choisi, dans un premier temps, d’être pluriactif. Puis l’appel de la terre et le souvenir de planter, récolter et préparer les légumes avec mes parents m’ont poussé à revenir à 100 % à la ferme et à me lancer dans la culture de pommes de terre, choux, carottes, poireaux, potimarrons, butternuts, oignons, échalotes. » Il démarre par des productions sous contrat avec Bonduelle et la coopérative Sipema de Saint-Omer, puis s’oriente vers la vente directe, comme sa grand-mère autrefois. Depuis, il ne jette plus un seul kilo ! Même les déchets sont repris par un éleveur voisin.

Son enthousiasme et sa générosité l’ont conduit à devenir ambassadeur de l’association Solaal (1) dans les Hauts-de-France. Pour convaincre les autres, il lui suffit de témoigner. « C’est facile de donner. Les associations se déplacent et les bénévoles se plient en quatre pour être présents dès que vous avez des produits à leur remettre, ajoute Antoine avec le sourire. De notre côté, nous avons la satisfaction de rendre service aux plus démunis. En plus - je ne le savais pas au départ - ça rapporte un petit avantage fiscal. Les associations s’occupent de tout et nous fournissent l’imprimé Cerfa nécessaire. »

« C’est très facile de donner. Les associations se déplacent. »

Ce rôle d’ambassadeur l’amène aussi à répondre aux sollicitations de la presse grand public. Son engagement a ainsi été primé par le quotidien régional La Voix du Nord. Il a également été reçu par la chaîne de télévision TF1 lors du lancement d’une campagne des Restos du cœur. Et il a, par ailleurs, reçu des mains du ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, le prix Graines d’agriculteurs 2021. À cette occasion, il a eu la possibilité de discuter « longuement » avec le président de la République, Emmanuel Macron.

En 2021, Antoine a donné au total 13 tonnes de légumes à la Croix-Rouge, au Secours populaire, aux Restos du cœur et à de nombreuses autres associations. « Le contact avec ma marraine a constitué un déclic pour moi. Mon souhait est d’être aujourd’hui le parrain d’un maximum d’agriculteurs. »

Blandine Cailliez

(1) Solidarité des producteurs agricoles et des filières alimentaires.