Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Attentif au mal-être de ses collègues agriculteurs

réservé aux abonnés

Portrait - Attentif au mal-être de ses collègues agriculteurs
Étienne Laude a participé à une formation de « sentinelle » pour repérer ses collègues en souffrance. © C. Yverneau

Producteur de plants de pommes de terre, à Sailly-lez-Cambrai (Nord), Étienne Laude a suivi une formation de « sentinelle » pour détecter les situations de fragilité chez ses collègues agriculteurs.

La voix posée, Étienne Laude évoque la culpabilité qu’il a ressentie en apprenant, en janvier 2021, le décès d’un ami agriculteur. « Il s’est donné la mort six mois après avoir provoqué un accident de la route inhérent à une seconde d’inattention », relate le producteur de plants de pommes de terre, à Sailly-lez-Cambrai (Nord).

Depuis, il a suivi une formation de « sentinelle » pour repérer ses collègues en souffrance. Toute une journée, avec six autres stagiaires, il a bénéficié des conseils de deux psychologues.

Dans l’empathie, pas dans la sympathie

L’homme, âgé de 53 ans, a rejoint ses deux frères en 1995 sur la ferme familiale, après avoir enseigné en lycée agricole. Titulaire d’un BTS IAA et spécialisation informatique industrielle, il y a rapidement trouvé sa place.

Cet administrateur de la caisse de MSA Nord-Pas-de-Calais insiste : « La vigie n’est pas un sauveur, ni un super héros, c’est une personne attentive aux autres, qui sait écouter et comprendre. Il s’agit de détecter le mal-être avant que la situation ne devienne critique et d’avertir la cellule de prévention de la MSA. Certains exploitants ont peu de contacts avec l’extérieur. Or, il faut pouvoir évacuer cette boule au ventre. »

Des signes peuvent alerter : champ ou élevage moins bien tenus, absences aux réunions, etc. Des difficultés financières, la perte d’un proche précipitent parfois le geste fatal.

« Pour être un bon veilleur, il faut déjà prendre soin de soi. »

Étienne Laude met cependant en garde : « Il faut avoir de l’empathie mais pas de la sympathie ». Trouver la juste distance, ne pas entrer dans l’intimité de l’autre, ne pas s’affoler trop vite, autant de règles à tenir. Cet employeur de main-d’œuvre rappelle qu’il est aussi veilleur sur son exploitation. Un jour, il a retardé son départ en réunion pour prendre le temps d’écouter un salarié en souffrance. Ce dernier a accepté de rencontrer un travailleur social.

« Pour être une bonne sentinelle, il faut déjà prendre soin de soi », affirme Étienne, qui se ressource grâce à la natation et au bricolage. Il peut aussi compter sur le soutien de sa femme, Valérie, qui travaille à l’extérieur. « Les épouses d’agriculteurs sont les sentinelles de leur mari. Ce sont souvent elles qui alertent le professionnel de santé quand leur conjoint ne va pas bien. » Le bénévole a transmis son altruisme à ses trois enfants. L’un a rejoint l’exploitation à mi-temps, tandis que l’aîné et la dernière seront médecins. « Prendre soin des autres », une valeur partagée en famille.

Catherine Yverneau

Formation contre le risque suicidaire

En 2020, la MSA Nord-Pas-de Calais a créé une cellule de prévention des situations de fragilités. Celle-ci a suivi 145 personnes en 2021. Elle s’appuie sur un réseau de sentinelles. Ces bénévoles, ancrés dans le territoire, sont du monde agricole : agriculteurs et salariés du paragricole.

« C’est une personne à l’écoute, qui fait le relais avec nos services. La formation est un plus, elle donne des clés de lecture », souligne Sophie Morin, référente mal-être.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !