«Le premier ministre m'a affirmé qu'il souhaitait le maximum de transparence dans les relations entre les distributeurs et ses fournisseurs, industriels et agriculteurs», a déclaré Jean-Michel Lemétayer, président de la FNSEA, à l'issue d'une entrevue avec le premier ministre François Fillon le 15 mai 2008.

En l'absence d'amendement gouvernemental, la FNSEA compte toujours sur les députés de l'UMP pour déposer des amendements au projet de loi de modernisation de l'économie (LME). La principale revendication des fournisseurs est d'obliger les distributeurs à justifier les contreparties aux avantages tarifaires consentis par les fournisseurs.

La FNSEA et l'Association nationale des industries alimentaires (Ania) avaient déjà plaidé leur cause auprès de Nicolas Sarkozy le 9 mai 2008. Ils souhaitent un amendement pour obliger les distributeurs à justifier sur facture les contreparties aux avantages tarifaires consentis par les fournisseurs.

«J'espère que la position de la majorité sera plus claire que lors du dernier vote sur le projet de loi sur les OGM», a déclaré M. Lemétayer qui n'exclut pas des manifestations, si industriels et agriculteurs n'obtenaient pas satisfaction.

La FNSEA, l'Ania et plusieurs autres organisations s'étaient dites prêtes, le 24 avril, à manifester devant l'Assemblée nationale avant l'examen du texte si leur revendication n'aboutissait pas.

Le projet de loi de modernisation de l'économie doit être débattu à l'Assemblée nationale à partir du 27 mai prochain.

S.B.