La Coordination rurale réagit à l’annonce du président de la République sur la réforme des retraites. Interrogé à la fin du G7, celui-ci a déclaré : « Je souhaite qu’il y ait un accord sur la durée de cotisation, plutôt que sur l’âge. » En voulant s’intéresser plutôt à la durée de cotisation et non à l’âge de départ à la retraite, Emmanuel Macron dévie par rapport aux préconisations du haut-commissaire Jean-Paul Delevoye.

Pour la section des retraités de la Coordination Rurale, « cette proposition du chef de l’État est plus favorable pour les non-salariés agricoles (NSA) ayant commencé à travailler dès leur plus jeune âge. Cela ne compense malheureusement pas le handicap du principe 1 euro cotisé = 1 point de retraite, du fait du revenu anormalement bas des NSA (900 € de retraite moyenne contre 1 860 € pour les salariés agricoles, source : COR 2019) ».

Dans un communiqué publié le 29 août 2019, le syndicat rappelle son souhait de voir revaloriser le montant de la pension à 85 % du Smic contre 75 % actuellement et demande que cette réforme corrige également « l’injustice de la prise en compte de la pénibilité, dont bénéficient actuellement les seuls salariés, alors que les cotisations afférentes, intégrées aux cotisations accidents du travail, sont payées par les employeurs, majoritairement NSA. »

Aurore Cœuru