« Les rendements des céréales à paille sont bons à excellents en 2015. Pour le colza, les rendements sont inférieurs à ceux de l'an passé. Les températures élevées de fin juin et début juillet n'ont finalement eu qu'un impact limité sur les cultures, du fait de leur état d'avancement. La qualité est globalement satisfaisante, voire très bonne concernant certaines caractéristiques technologiques », indiquent FranceAgriMer, Arvalis et Terres Inovia dans un communiqué commun du 14 août.

Avec quelques jours d'avance par rapport à la date moyenne des quatre dernières années, les moissons de blé tendre étaient quasiment achevées dans toutes les régions à la date du 10 août 2015. Au 5 août, selon les dernières remontées régionales, la production de blé dépasserait 40 Mt (40,4 Mt), sous l'effet conjugué d'une hausse des surfaces à 5,2 millions d'hectares (+ 3 % par rapport à 2014) et de rendements élevés estimés à 78,3 q/ha en moyenne nationale, niveau très supérieur à la moyenne quinquennale (72,6 q/ha). Ce constat est homogène dans toutes les régions françaises. Le manque d'eau n'a finalement pas impacté les cultures, car il est intervenu hors période critique (floraison). Sur le plan qualitatif, le taux de protéines est proche de celui de 2014, les autres critères physico-chimiques sont bons à très bons.

La récolte de blé dur s'est achevée dans toutes les régions dans de bonnes conditions, avec quelques jours d'avance par rapport aux dernières années. À l'exception du Sud-Est, les rendements sont bons à très bons. Au final, les valeurs moyennes se situeraient autour de 50 q/ha dans le Sud-Ouest, entre 60 et 70 q/ha dans l'Ouest, et elles sont supérieures à 70 q/ha dans le Centre. Elles sont en revanche inférieures à 35 q/ha dans le Sud-Est. Par la combinaison de ces bons rendements et de la hausse des surfaces d'environ 12% par rapport à 2014, la production nationale devrait ainsi revenir au niveau de 2013, autour de 1,8 Mt, soit une augmentation de 21% par rapport à l'an passé. Concernant la qualité technologique, les teneurs en protéines sont comprises, en moyenne, dans une fourchette entre 13,5 et 14,5 %.

En orge d'hiver, les niveaux de rendements nationaux sont très élevés, probablement autour de 74 q/ha en moyenne. La récolte totale 2015 d'orges d'hiver est estimée à 9,6 Mt contre 8,4 Mt en 2014. Les teneurs en protéines sont homogènes et basses en tendance, entre 9,5 et 10% en zone Nord. Ces valeurs devraient répondre aux besoins des utilisateurs brassicoles dans une majorité de cas. Enfin pour les orges brassicoles, les calibrages sont bons à très bons, très régulièrement proches de 90%.

L'orge de printemps a été pénalisée par les excès de températures en cours de remplissage. Les rendements sont donc hétérogènes selon les bassins et le stade de développement des plantes lors de l'apparition des fortes chaleurs. La production devrait ainsi atteindre 2,9 Mt contre 3,2 Mt l'an passé. En règle générale, les calibrages des orges brassicoles semblent assez bons.

Dans un contexte de déficit hydrique marqué sur les mois de mai, juin et juillet, les performances du colza d'hiver sont contrastées. Au niveau national, les rendements sont hétérogènes selon les régions, proches de 40 q/ha dans le Nord pour une moyenne nationale de 34,3 q/ha. Seul le Sud-Ouest obtient des rendements plus faibles. La production devrait approcher les 5,1 millions de tonnes, en deçà de la campagne exceptionnelle de 2014 (5,5 Mt), mais au-delà de la moyenne de production des 5 dernières années.

La récolte de pois progresse de 15%, avec un volume total estimé à 600 000 tonnes sous l'effet d'une augmentation des surfaces de 13% à 156 000 hectares et d'une progression des rendements de 2% à 38,4 q/ha.

C.Fr