Les surfaces de blé dans le monde pour les récoltes de 2011 pourraient progresser de 4 % par rapport à cette année, à 224 millions d'hectares, selon le rapport mensuel sur le marché publié jeudi par le Conseil international des céréales (CIC).

« Certains signaux suggèrent que les prix plus élevés de cette campagne se traduiront par une hausse des superficies, notamment dans l'UE, aux Etats-Unis et en Afrique du Nord », explique-t-il et plus de la moitié de la hausse des surfaces s'expliquerait par un retour à la normale pour le taux d'abandon avant la récolte, en Russie et au Canada.

Dans l'UE, les superficies, tous blés confondus, devraient augmenter de 1 %, à 26,2 millions d'hectares, « légèrement moins que les prévisions antérieures en raison des conditions excessivement humides dans les Etats membres du Sud-Est ».

En France, le CIC prévoit des surfaces de blé tendre de 5,1 millions d'hectares, en progression de 4 % par rapport à la récolte de 2010. Mais les semis de blé dur devraient reculer d'environ 15 % en raison de la contraction du différentiel de prix avec le blé tendre, estime-t-il

Malgré un repli des semis de blé d'hiver (-3 millions d'hectares, à 15,5 Mha) en Russie, les superficies moissonnées du pays pourraient nettement progresser par rapport à 2010, avec une hausse des semis de printemps et un taux d'abandon qui serait plus proche de la normale.

Concernant les prévisions pour l'offre et la demande de céréales au cours de la campagne actuelle (2010-2011), le CIC a surtout revu en baisse de 4 Mt, par rapport aux prévisions du mois dernier, la production mondiale de maïs pour la campagne actuelle (2010-2011). A 810 Mt, elle se situerait à un niveau proche de l'an dernier (811 Mt en 2009-2010).

La consommation mondiale reste, quant à elle, prévue en progression de 27 Mt par rapport à la campagne précédente, à 840 Mt. Les stocks mondiaux à la fin de 2010-2011 sont revus en baisse de 4 Mt, à 121 Mt, contre 152 Mt à la fin de 2009-2010.

Pour le marché mondial du blé, les estimations du CIC évoluent peu par rapport au mois dernier. Les stocks mondiaux à la fin de 2010-2011 sont révisés en baisse de 1 Mt, à 180 Mt (196 Mt à la fin de 2009-2010), avec une consommation mondiale revue en légère hausse.

Lire également :